Interaction sur Facebook : comment en générer plus !

par | Mai 9, 2018

Cet article traite des interactions sur Facebook et du nouvel algorithme de la plateforme. Si vous utilisez la publicité ou que vous créez régulièrement du contenu, vous savez que l’interaction d’un utilisateur sur votre page est une source de vente potentielle !

Lors du 6e «5 à J7», Robin et moi-même avons discuté des interactions sur Facebook.

Un sujet très attendu depuis que la plateforme avait annoncé une baisse de la portée organique (et donc des interactions) pour les pages d’entreprise.

Pendant près d’une heure, nous avons répondu à de nombreuses questions pour que vous puissiez savoir comment générer des interactions sur votre contenu et quelles interactions sont les plus importantes en 2018 !

Voici le résumé de ce Live. Sur certains passages, je note la minute concernée.

Bonne lecture !

1- Qu’est-ce que l’interaction ?

Il est très important de définir une interaction avant de chercher à en générer. Pour faire simple, lorsque vous publiez un post ou une publicité, voici ce que Facebook considère comme une interaction :

  • un commentaire
  • un partage
  • un « J’aime » (ou autre réaction)

Mais aussi :

  • un clic sur la description pour voir le texte en entier (« lire la suite »)
  • une vue de vidéo (à partir de 3 secondes)
  • un clic pour revoir une vidéo
  • un clic sur un lien

En bref, c’est tout ce qu’une personne peut faire avec votre publicité.

Bien entendu, plus vous avez d’interaction, plus Facebook va favoriser la diffusion de votre contenu.

2- Quel contenu utiliser en 2018 pour avoir de l’interaction ? Quelle interaction est la plus importante ?

Lorsqu’on parle de contenu, on évoque un support de communication :

  • Est-ce que je vais publier une vidéo ?
  • Est-ce que je vais faire un Live Facebook ?
  • Est-ce que je vais publier une offre sur ma page professionnelle ?

Tous ces différents types de contenu vous sont proposés quand vous cliquez sur la barre en haut de votre page.

Il y a des formats qui sont plus performants que d’autres pour générer des interactions :

On peut faire la différence entre deux types de contenu.

  • Le contenu froid qui ne réagit pas à une interaction (ex. : vidéo ou image).
  • Le contenu chaud qui réagit à vos interactions.

Sans surprise, le Live est LE contenu pour générer le plus d’interactions. Mais pourquoi ?

Lorsque vous faites un Live et qu’une personne vous pose une question, vous engagez une microconversation (30 secondes) pendant laquelle vous échangez sur cette question.

Au total, la personne aura probablement mis 4 commentaires au lieu d’un seul si le contenu avait été un post traditionnel, par exemple.

Facebook disait qu’il voyait 6 fois plus d’interaction sur un Live que sur n’importe quel autre format !

Donc, quand le monde qui utilise Facebook pense que la portée organique est morte à cause de la mise à jour de l’algorithme, c’est faux !

Il suffit de s’adapter au contenu qui en génère le plus !

La plateforme va prioriser les interactions entre utilisateurs plutôt qu’avec le contenu seul. Donc, trouvez un moyen de les pousser à interagir.

Attention, toutefois, de ne pas tomber dans « l’Engagement Baiting » et d’encourager les partages sans valeur…

De notre point de vue, voici comment Facebook va classer la valeur d’une interaction sur votre post.

  1. les longs commentaires
  2. le partage
  3. les courts commentaires
  4. les réactions (j’aime)
  5. les clics sur le lien/voir plus

Il faut prioriser l’interaction qui demande des efforts. Un long commentaire veut dire que la personne a pris le temps de regarder votre contenu et de formuler une opinion pour vous la partager ensuite. Un « J’aime » ne demande aucun effort, ni même d’avoir vu le contenu en entier.

Robin donne alors un exemple avec sa propre page (minute #18). Lorsque Facebook annonçait une perte d’un million d’utilisateurs, Robin a demandé à sa communauté si ça leur faisait peur (concernant la publicité). Il a reçu de nombreux commentaires, ce qui a ouvert un débat sur le sujet (multipliant ainsi la portée de sa publication).

Donc, pour un contenu de format standard (image ou vidéo), utilisez une incitation à l’interaction dans votre texte.

3 – Est-ce que c’est encore important d’avoir des «J’aime» sur sa page?

La réponse va dépendre de deux choses :

Si vous utilisez la publicité pour attirer de nouveaux clients, on aurait tendance à dire que non. Puisque vous cherchez à convertir des prospects, pas besoin de leur faire aimer votre page. Avec la publicité, vous pouvez faire en sorte qu’ils envoient un message à votre entreprise, qu’ils cliquent sur un lien, etc. Alors, pourquoi simplement les encourager à aimer votre page?

Si, au contraire, vous n’utilisez pas la publicité, mais que vous misez intégralement sur votre contenu, alors la réponse est oui. En effet, votre seul réseau de diffusion repose sur le nombre de personnes qui vous suivent et qui interagissent réellement avec votre contenu.

Par contre, je peux suivre votre page Facebook sans jamais voir votre contenu.

Il est vrai que nous sommes sujets au «Vanity Metric». C’est-à-dire que si nous n’avons pas beaucoup de «J’aime» sur notre page, nous pensons ne pas être pertinents ou ne pas inspirer confiance.

Pourtant, ça n’empêche pas certaines compagnies d’avoir de nombreux clients (exemple à la minute #26).

Cependant, il faut prendre conscience d’une chose.

Il est possible que, si vous n’avez pas une communauté suffisante (moins de 1000 personnes), vous n’inspiriez pas confiance. On retrouve ce phénomène dans le domaine de la restauration.

Vous avez le choix entre deux restaurants, un vide et un complet (avec une queue de 5 mètres devant). Quel restaurant vous donne envie? Il est probable que ce soit celui qui est plein, mais pourquoi? Parce que le restaurant complet a la «preuve sociale», c’est-à-dire que de nombreuses personnes s’y rendent, donc on en conclut qu’il doit être bon!

Ce que vous devez retenir de cet exemple, c’est qu’avoir un certain nombre de «J’aime» sur votre page peut aider à créer un lien de confiance avec votre client potentiel. Mais ça ne doit, en AUCUN cas, être un objectif d’acquisition de clients.

Atteignez un nombre de «J’aime» que vous estimez suffisant pour avoir ce lien de confiance. Ensuite, concentrez-vous sur votre contenu ou sur la publicité.

N’oubliez pas une chose : les «J’aime» sur votre contenu ont plus de valeur que les «J’aime» sur votre page!

4 – Faut-il supprimer les commentaires négatifs sur vos posts ou vos publicités ?

Si vous êtes devant un commentaire violent et non constructif, supprimez-le sans hésitation.

C’est tout à fait inutile de perdre du temps à raisonner cette personne et ce n’est pas bon pour votre image. Il suffit d’aller à droite du commentaire et de le «cacher».

Dans le cas contraire, vous êtes devant un commentaire négatif, mais constructif. Ne l’effacez pas.

Voici les raisons :

  • La personne vous «tend une perche» pour que vous répliquiez avec un contre argument commercial. Si avec votre réponse, vous arrivez à le convaincre, alors c’est probablement le cas pour toutes les autres personnes qui pensaient la même chose.
  • Une personne qui a un avis négatif sur une entreprise (ex.: déçu par votre service) en parlera à tous les gens qui évoquent le sujet. Est-ce que vous voulez lui laisser ce souvenir? À moins que vous préfériez qu’elle soit comme Robin après son achat sur Amazon? (Minute 43:50)

Facebook est votre plateforme de support à la clientèle, donc n’ignorez pas les mauvaises expériences. Si jamais cette personne voit votre contenu ou votre publicité, elle en profitera pour vous le rappeler…

5 – Quelle est la meilleure audience, en publicité, pour avoir de l’interaction ?

Une bonne méthode pour avoir de l’interaction à bas prix sur la même publicité (ou post) est de procéder ainsi :

A – Vous lancez une première semaine de publicité sur votre audience de Fans, qui sont plus réactifs et qui interagissent pour moins cher qu’une audience « froide ».

B – Une fois que vous avez assez d’interaction et une « preuve sociale » établie, vous passez à l’audience des Amis des Fans. Parce que, pour eux aussi, c’est plus facile d’interagir sachant que dans leur cercle d’amis, une personne vous suit déjà.

C – Pour terminer (toujours en gardant le même post), vous ciblez une audience froide avec des critères d’intérêts, des données démographiques (ou une audience lookalike) et vous excluez les Fans de votre page.

Avec la quantité d’interactions que vous avez déjà, la preuve sociale sera assez forte pour qu’une personne qui ne vous connaît absolument pas interagisse plus facilement.

De cette manière, vous atteignez, pour moins cher, une audience « froide ». On revient au cas du restaurant plein, mais cette fois avec un post ou une publicité !

Il est probable que si vous envoyez un post sans interaction directement à une audience froide, vous paierez l’interaction plus cher. En suivant ces étapes, vous allez désinhiber les audiences plus froides à interagir avec vous.

Questions des membres

6 – En quoi Manychat est-il supérieur à une mailing-list ?

La question n’est pas de savoir si on doit faire de l’emailing OU du Manychat.

Il faut faire de l’emailing ET du Manychat!

Par contre, Manychat ne doit pas avoir le même contenu que l’emailing et encore moins la même forme!!

Un exemple très simple: votre envoi Manychat ne doit pas comprendre une signature à la fin du message comme dans un courriel.

Sur Messenger, il faut que ça ressemble à une conversation, comme un message que vous pourriez recevoir d’un ami.

Il faut respecter la plateforme que vous utilisez. Dans Messenger, on est sur un message court qui n’est pas signé.

Un autre exemple pour comprendre ce point.

Vous mettez une photo sur Instagram et la même photo sur Facebook. Quelle est la différence? Sans parler du format qui est propre à chaque plateforme, vous utiliserez des hashtags (#) sur Instagram alors que sur Facebook non.

7 – Pour une publicité, est-ce mieux de cibler les gens qui aiment votre page ou d’aller chercher de nouvelles personnes?

Avec la publicité, j’irais chercher des prospects, donc il faudrait cibler: audience d’intérêt, amis des fans, audiences similaires (lookalike).

Pour vos fans, j’utiliserais du contenu que je «boosterais» (simplement pour être sûr que tout le monde le voit), mais toujours avec un appel à l’action.

Bien entendu, il faut faire les deux choses en même temps!

Robin soulève un point intéressant. Auparavant, il fallait qu’une personne voie une information 7 fois sur internet avant d’y penser, aujourd’hui nous sommes à 16 fois!

Donc, n’hésitez pas à diffuser votre contenu plusieurs fois de sorte que l’information soit bien ancrée dans la mémoire de votre prospect.

Merci pour votre lecture!

P.S. Si vous voulez connaître le niveau de performance de vos publicités Facebook, laissez nos experts analyser votre Gestionnaire de publicités. Ils vous évalueront selon les 10 critères suivants:

  • Trafic sur votre site web

  • Pages de conversion

  • Paramétrage

  • Audiences

  • Copywriting

  • Créatifs

  • Tunnels de vente

  • Avatar

  • Messages cibles

  • Produit fait pour Facebook

Pour demander votre Analyse Préliminaire gratuite, c’est par ici.

0 commentaires

J7 Media

3 Place Ville-Marie, Suite 400
Montréal, Qc   H3B 2E3

1 (888) 383-4642
info@j7media.com